Home / Retour sur le pèlerinage international à Lourdes : 21 au 25 Mai 2018

Retour sur le pèlerinage international à Lourdes : 21 au 25 Mai 2018



pèlerinage de Lourdes


Compte rendu du Pèlerinage international à Lourdes : 21 au 25 Mai 2018 par le Père Emile, sma

Pourquoi ce Pèlerinage à Lourdes ?

Pour répondre à l’appel du Saint Père le Pape François en vue de donner une orientation spirituelle aux OPM. Il eut une réunion avec quelques acteurs de la Missions où le Saint Père a rappelé l’aspect spirituel des activités des OPM. Pour le Saint Père, les OPM ne sont pas une ONG humanitaire récoltant uniquement de l’argent pour soutenir la mission. Une proposition d’un pèlerinage international reçu l’accord du Saint Père et le choix fut porté sur Lourdes. Il s’agissait un beau temps spirituel, de confier les activités et les travaux des OPM à Notre Dame de Lourdes et de prier aussi pour la Mission de l’Eglise universelle. Le pèlerinage répondait aussi au 160ème anniversaire des apparitions à Lourdes. Le thème choisi était : « Marie, première missionnaire : Faites tous ce qu’Il vous dira »

Les différents intervenants du Pèlerinage :

Cardinal Barbarin  

– Cardinal Barbarin : archevêque de Lyon, il a ouvert le Pèlerinage par ses mots d’accueil. Il a présidé la messe internationale qui a regroupé tous les groupes de pèlerins particuliers présents.
– Cardinal Pierre Ngyen Van, archevêque d’Hanoy, Vietnam.
– Cardinal Baltazar Enrique, archevêque de Mérida, Vénézuela.
– Mgr Giovanni Pietro Dal Toso, président des OPM internationales
Mgr Valentine Kalumba, évêque de Livingston, Zambie, membre des Oblats de Marie Immaculée.
– Mgr Patrick Legal, président des OPM françaises bientôt la fin de son mandat, ancien évêque aux armés.
– Sr Généviève, Sœur de la Charité de Nevers
– Sr Joséphine GAYAZOA, Petite Sœur du Cœur de Jésus, de la Centrafrique.
– Père André Cabes, 16 ème recteur du Sanctuaire de Lourdes
– Dr Alessandro de Franciscis, pédiatre à la tête du bureau des constatations médicales des sanctuaires de Lourdes.
– Mr Pierre DIARRA, professeur, rédacteur en chef de revue, chargé de cours et formation chez les OPM, Sorbonne Nouvelle et Institut Catholique de Paris.

Vision panoramique sur les OPM

Les Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM) sont nées en France au 19ème siècle. Elles ont pour mission de favoriser la participation de tous les fidèles catholiques à la vie apostolique de l’Eglise.

A partir d’un plan de collecte imaginé en 1819 par la Vénérable Pauline Jaricot, l’œuvre de la Propagation de la Foi est fondée à Lyon en 1822. Ce sont ensuite l’Enfance Missionnaire (ou Sainte Enfance) fondée en 1843 par Mgr de Forbin Janson à Paris, l’œuvre de Saint Pierre Apôtre fondée en 1889 par les Dames Bigard à Caen, et enfin l’Union Pontificale Missionnaire fondée par le Bienheureux Paolo Manna, en Italie.

Les différents continents représentés  : Tous les pèlerins qui ont répondu à l’appel des OPM étaient au nombre de 171. Ils venaient de 4 continents qui sont : l’Amérique Latine, l’Asie, l’Afrique et l’Europe.

Plusieurs conférences ont été données à savoir :

Les signes de Lourdes à la salle Jean XXIII : donnée par la Sœur Géneviève de la communauté des Sœurs de la Charité de Nevers, la même congrégation que Bernadette. Elle a traité de 5 signes :

  • – Le vent : Symbole de l’Esprit-Saint : Bernadette dans sa pauvreté fut attiré par le souffle du Vent. Elle lève la tête et fut accueillie par le sourire de la Vierge dans le Creux de la Grotte.
  • La Croix : Bernadette, ayant vu la Vierge, voulait faire le signe de la Croix, ce qui lui était impossible. La Vierge l’aide en posant le geste. Bernadette put le faire. Aussitôt, toute crainte sortie de Bernadette. Ce n’est pas un signe magique. Il nous enracine tout simplement dans notre réalité, dans notre terre. Il nous élève vers Dieu et nous rappelle que blesser l’homme, c’est blesser Dieu. Nous devons donc bien faire le signe de la Croix.
  • – Le Rocher : C’est le Christ. Poser sa main sur le Rocher, c’est accueillir le Christ. C’est la montagne où Dieu nous donne rendez-vous. Nous sommes donc invités à construire notre vie sur le Roc qui est le Christ. ( Cf Mt 7, 24-27).
  • – L’Eau : C’est l’Eau du baptême. Bernadette rejette 3 fois l’eau boueuse et l’a bue la 4ème fois. Son visage devint rayonnant, l’eau est la source de Vie Eternelle.
  • – La Lumière : Bernadette remercie la Vierge avec un Cierge allumé. C’est un signe de reconnaissance, d’engagement et de salut. A Lourdes, beaucoup de pèlerins offrent beaucoup de bougies à la Vierge en signe de reconnaissance et de remerciement.

Le message de Lourdes par le Père André Cabes
Le message de Lourdes est un message de mission. Marie a fait suivre Bernadette un chemin qui est la mission. La mission est d’abord une commission : Bernadette disait à son curé : « J’ai fait ma commission ». La commission est quelque chose qui nous dépasse, elle ne vient pas de nous mais de quelqu’un d’autre. Nous avons un trésor à transmettre même si nous ne comprenons pas. Le missionnaire ne transmet pas une explication du monde, des modes de vie, un modèle d’humanité supérieur. Le missionnaire dépend de quelqu’un d’autre, de Dieu. Bernadette disait : « Je ne suis pas chargé de vous le faire croire, je suis chargée de vous le dire. » Cette commission l’habite, elle le dit avec toute sa vie. Tous les Chrétiens sont invités à porter la lumière du Christ.
La mission est un apprivoisement : Le missionnaire est un disciple qui se laisse apprivoiser. Nous ne pouvons porter que ce que nous avons reçu. Dans cet apprivoisement, nous entrons dans un dialogue d’accueil et de don.
La mission est un chemin de conversion : La conversion, c’est changer de direction, se laisser faire. Elle n’est pas le faite de quitter un système à un autre. C’est creuser au fond de ce que je suis déjà. (Bernadette creuse dans la boue). Au fond de la boue, il n’y a pas de boue, c’est la source. Au fond du péché, il n’y a pas le péché, c’est le pardon. Le missionnaire convertit est contagieux de l’amour. « Le 25 mars 1858, la Vierge donne son nom : « Je suis l’Immaculée conception » Nous devons montrer le modèle de l’Eglise comme Immaculé. Pour nous aujourd’hui, immaculés non pas, en nous regardant dans le miroir pour dire je suis beau mais nous devons porter Jésus aux autres.
NB : La proclamation de ce dogme donnée par le Pape Pie IX en 1854 « Marie Immaculée Conception » fut confirmée par la Vierge le 25 mars 1858.
La mission comme une mise en route : Le missionnaire ne dépend plus de lui-même. Il porte une personne et c’est cette personne qu’il est appelé à donner. Tout comme la visitation de Marie à sa cousine Elisabeth.
La mission comme une offrande de soi : Le missionnaire représente non seulement celui qui le commissionne. Aussi s’offre-t-il totalement à celui qui l’écoute pour se faire comprendre et accueillir le message qu’il porte.

La conférence de Mgr Pietro Dal Toso, président des OPM sur le thème de Marie, 1ère missionnaire.

Après l’annonciation, Marie s’est mise en route pour partager la Bonne Nouvelle de l’ange. Elle devient la première missionnaire. La perfection de Marie passe par l’accueil de la Parole de Dieu. Et la liberté de Marie, passe par son obéissance. Son obéissance provient de son écoute de Dieu. La foi vient de l’écoute. Nous devons apporter le Christ aux autres. Celui qui transmet le Christ doit être imprégné, plein du Christ. Avec Marie, nous avons une relation de sponsalité entre le Christ et l’Eglise, où l’Eglise est l’Epouse et le Christ l’Epoux.

Table ronde : Marie 1ère missionnaire

Après le partage de chacun des 5 invités sur leur vénération de la Vierge, ceux-ci nous ont entretenus sur la récitation du Rosaire. La récitation du Chapelet est indispensable dans chaque communauté chrétienne mais l’abus est à proscrire. C’est aux prêtres de faire la catéchèse aux fidèles en vue de leur compréhension. Ils doivent d’abord lire la Parole de Dieu avant la récitation du Rosaire. Quelle était l’intuition de Pauline Jaricot dans la récitation du Rosaire ? Pour Pauline Jaricot, c’est l’idée de communion spirituelle. Elle forma un groupe de 15 personnes composé de croyant comme non croyant. Elle voyait beaucoup plus la dimension missionnaire du groupe et l’approfondissement de la foi au sein du groupe. Pauline Jaricot avait le souci par Marie d’amener les non-croyants aux Christ dans l’approfondissement de leur foi et être à la fois missionnaire. Avec Pauline Jaricot, il faut avoir un engagement social à la suite de Marie. En Centrafrique, après la prière de la légion de Marie, une quête est faite pour les pauvres. Avec Marie, nous avons la dimension du dialogue interreligieux. Dans le Coran, nous avons 70 fois le nom de Marie. Vue cet aspect et compréhension de l’importance de la Vierge Marie, en orient, il y a des lieux mariaux qui sont détenus par les musulmans affirmait une irakienne. A travers Marie, l’Eglise est toujours missionnaire. Elle doit d’abord aider les personnes à réaliser qu’elles sont des êtres humains, crées à l’image de Dieu. Car beaucoup de personnes sont déshumanisées à causes des circonstances, des situations. Marie nous fait entrer davantage dans la connaissance de Dieu. Par Marie, à Jésus.

Les miracles de Lourdes : par Dr Alessandro de Franciscis, pédiatre à la tête du bureau des constatations médicales des sanctuaires de Lourdes

En janvier 1852, l’évêque du diocèse de Tarbelous reconnu officiellement les apparitions de Lourdes. La Vierge n’a jamais mentionné les mots : maladie, miracles, prodige, handicape, guérison. Le message de Lourdes est un message d’invitation à la prière, un message d’invitation à se rendre à la Grotte de Massabielle. C’est le seul lieu de pèlerinage et d’apparition reconnu où la Vierge invite la voyante (Bernadette) à venir. A Fatima, il n’y a pas eu l’invitation à aller en pèlerinage comme partout ailleurs. A Guadeloupe, il y a eu l’invitation à aller voir l’évêque. Pour Lourdes, au moins 3 fois, la Vierge dit : « Aller dire aux prêtres de venir ici en procession, bâtir une chapelle. » La source d’eau est le cœur de l’expérience des apparitions. (Bernadette fut canonisée en 1933)

Il y a eu des miracles qui se sont opérés avec l’eau de la source. Avant la fin de l’année 1858, il y a eu plus de 100 guérisons. L’Eglise Catholique depuis plus de 2000 ans, n’a jamais imposé à aucun chrétien à croire à des apparitions. Les apparitions ont toujours revêtu le caractère de révélation privée. On peut être un bon chrétien et vivre une vie de sainteté absolue. Il y a deux critères que les évêques ont toujours suivis pour accréditer une révélation privée : la fiabilité du voyant et les fruits spirituels. (Pour Bernadette une gamine de 18 ans c’est fiable.) (Les fruits : l’affluence du monde et le changement de vie des personnes). Il y a un troisième critère qui s’est ajouté : le bien fait aux âmes par la guérison du corps.

A la suite des guérisons des personnes, il y a eu l’examen de l’eau par les chimistes. Ceux-ci disent que l’eau est normale. Est-ce que ce sont les cellules de l’organisme qui ont retrouvé la santé, la vie ? Les médecins répondent négatif. Ce qui met en évidence de l’action du Maître de la Nature. Elle vient de Dieu. Dans l’ADN du sanctuaire de Lourdes, des personnes sont attirées et font l’expérience de la guérison. Mais il y a beaucoup d’exagérations, de superstitions. Beaucoup de gens y viennent pour les guérisons, pour l’eau de la source.

Depuis 1992, il y a un bureau qui vérifie d’une façon médicale et collégiale l’authenticité des guérisons. I l y a toujours un médecin résidant à Lourdes.

Les messages des différentes messes

La messe internationale : elle a regroupé tous les différents groupes présents à Lourdes à la Basilique saint Pie X, (plus de 5000 pèlerins). Elle fut présidée par le Cardinal Barbarin. « Faites tous ce qu’il vous dira » par ces mots de la Vierge, le Cardinal a invité chacun des pèlerin des fidèles à mener à bien son travail quotidien avec amour et Dieu accomplira ses merveilles.

La messe en langue anglaise : Mgr Valentine, évêque de Livingstone en Zambie a invité tous les missionnaires à travailler en parfaite symbiose en vue d’un monde meilleur et cela à travers l’histoire de la pointe, le marteau et la planche.

Les moments particuliers du pèlerinage

La procession du Saint Sacrement, la procession des flambeaux en l’honneur de la Vierge Marie le chemin de Croix, le bain à la piscine, la confession etc ont renforcé la foi des pèlerins dans leur relation personnelle avec le Seigneur et intercéder pour l’Eglise universelle, Corps Mystique du Christ.