Home / CHRONIQUE DE MONTFERRIER Juillet – aout 2018.

CHRONIQUE DE MONTFERRIER Juillet – aout 2018.





Comme un air de vacances

C’est l’époque des vacances à Montferrier. Le personnel prend des congés bien mérités. N’est-il pas conseillé aux anciens de ne pas sortir sous le chaud soleil de l’été ? Cette année, trois semaines de canicule nous ont retenus à la maison. Cependant, ne croyez pas que la vie ici se déroule sans quelques petits plaisirs.

Aimez-vous le grand air ? Des pique-niques sont organisés, dont l’un, le soir, à la plage pour les amateurs de sable fin.

Voulez-vous vous baigner ? La maison vous offre quelques sorties à la piscine de saint Mathieu et à celle de Montpellier

Même les gourmands ne sont pas oubliés. Par trois fois pendant la saison, la maison se propose de les emmener le soir, après le souper à Palavas les Flots, non pas pour mettre les orteils dans l’eau de la grande bleue, ni contempler un coucher de soleil sur la mer, mais tout bonnement pour s’arrêter au glacier « Catalan » afin de déguster une grande coupe de glace. Les habitués des lieux vous diront que « La Créole » est la reine des glaces. Si vous passez par ces lieux, pensez-y.

 

Coupe du monde de foot 2018

Qui n’aime pas le foot ? Pour la demi-finale nous étions invités en salle pano devant le grand écran, c’est mieux pour apprécier les prouesses de Mbapé et autres joueurs. Pour la circonstance, le personnel s’était grimé les joues aux couleurs de la France…et même soeur Yvette !!! A la mi-temps, on nous proposait des glaces et autres friandises.

Pour la finale, il était difficile de faire mieux. Pour agrémenter le temps, le personnel nous a servi des boissons fraiches et autres amuse-gueules. Après le quatrième but, lorsque la victoire ne pouvait nous échapper, William, notre chef cuisinier a sorti non seulement son drapeau, mais aussi un bon petit vin blanc, bien frais… quel délice ! Allez les bleus, on a gagné.

Pendant ces mois, des confrères ont eu la gentillesse de venir jusqu’à Montferrier : Mgr. Jean Bonfils, les Pères Pierre Chassaigne, Francis Athimon, Michel Guichard, Alain Derbier, Michel Bonnemaison et André Moriceau, ainsi que trois prêtres béninois, l’un du diocèse de Djougou, l’autre du diocèse d’Abomey et le troisième du diocèse de Cotonou.

Ainsi, s’écoulent des jours heureux.