Home / Engagement à la paroisse et aux Naudières

Engagement à la paroisse et aux Naudières





L’âge et la santé ont contraint Francis Athimon à rentrer en Europe, il n’en continue pas moins son engament missionnaire par le service rendu aux Naudières et le service à la paroisse Sainte-Anne de Goulaine. Voici son témoignage.

Je suis arrivé de Centrafrique aux Naudières à Noël 2009 pratiquement. J’étais d’abord venu pour me soigner et ensuite, j’ai été nommé vice-supérieur de la maison, cela consistait à m’occuper de la maison et des confrères quand le supérieur n’était pas là. J’ai remplacé, Jean Vincent quand il a été opéré. Comme j’aime le jardinage, je me suis occupé à nettoyer le grand espace que nous avons, tondre les pelouses et quand Émile Potier est parti, j’ai essayé d’entretenir un peu les rosiers et de planter des fleurs devant. Cela va faire six ans que je fais cela, en ce moment j’ai mal aux jambes, nous avons arrêté les fleurs, nous avons mis en pelouse et c’est une société qui vient entretenir notre environnement. Nous avons encore en charge quelques tâches ménagères, préparer le petit déjeuner, débarrasser la table, ranger les ustensiles, tenir la maison propre. Nous sommes aidé par des ménagères qui viennent entretenir les lieux communs ainsi que les chambres de passage.

francis_athimon

Francis Athimon avec Michel Bertonneau

Nous avons quelques activités culturelles avec le Père Saulnier, des recherches sur le Pères Aupiais. Il m’a été demandé avec le Centre des Naudières d’écrire l’histoire de l’ancien petit séminaire. Je suis allé à Rome aux archives prendre des documents. Comme je ne suis pas un spécialiste de l’histoire, j’ai une nièce, qui faisait son doctorat d’histoire à l’Université de Nantes, je lui ai demandé des conseils. Elle m’a aidé à faire le plan et à organiser le document. J’ai surtout été aidé par “Les amis de Rezé” qui éditent tous les deux ou trois mois une revue sur l’histoire du patrimoine de Rezé. Ils se sont intéressés à cette histoire du centre des Naudières. L’autre activité qui m’a bien occupé, c’était de ranger mes archives, notamment vidéo. J’ai mis tous mes films super 8 en numérique, cela m’a pris pas mal de temps.
Un ami prêtre de Nantes, en charge de la Paroisse Sainte-Anne de Goulaine, m’a proposé de l’aider, j’ai accepté de m’engager à mi-temps depuis déjà deux ans. Je pensais partager tranquillement ma vie entre Haute-Goulaine et les Naudières, et finalement, l’évêque m’a appelé à devenir l’administrateur de Haute-Goulaine et Basse Goulaine et d’être avec un prêtre béninois parce que Nantes a jumelage avec le diocèse de Parakou au Bénin. Je le prépare donc à devenir le futur curé de Sainte Anne de Goulaine pour septembre. Nous sommes donc en train de vivre une année ensemble, j’essaie de l’initier à la pastorale du diocèse de Nantes, à la pastorale d’une paroisse de France. Je travaille donc avec Aubin Legbodjou de Parakou en fait il est de la région de Dassa, il est né à Glazoué quand j’étais au Bénin en 1976.
Voici donc mes activités, je suis partagé en deux avec mes responsabilités à la maison des Naudières, je fais le chauffeur pour ceux que je dois conduire à la gare, à l’aéroport ou bien aux urgences des fois. Je fais un mi-temps aux Naudières du dimanche soir au jeudi après-midi et du jeudi soir au dimanche soir, je suis en paroisse. Hier, nous avons eu une réunion de l’EAP (équipe d’animation pastorale), ce soir, j’ai une réunion de préparation de baptême avec les parents qui font baptiser leur bébé à la Pentecôte. Demain, toute la journée, je vais être avec des jeunes qui vont faire leur profession de foi ici au Centre des Naudières. On va d’abord aller à la cathédrale faire le pèlerinage de l’année de la miséricorde, puis après, ils vont venir ici, faire des ateliers et puis cela se conclura par la messe, c’est moi qui vais célébrer la messe. Et les dimanches, j’assure la messe à la paroisse, voilà comment s’organise ma vie. Je me repose des activités de la paroisse quand je viens aux Naudières et inversement quand je vais à la paroisse.

Propos recueillis par Gérard Sagnol