Home / Le 2 Février 2017, à l’ombre des Chênes Verts

Le 2 Février 2017, à l’ombre des Chênes Verts





Chaque année, le 2 février, l’Eglise fête la Présentation de Jésus au Temple et célèbre la Journée mondiale de prière pour la Vie consacrée. C’est en même temps la grande fête annuelle de la maison de retraite les « Chênes Verts » à Montferrier. À l’ombre des chênes Verts, nous avons passé une belle et joyeuse matinée ensemble. Cette matinée a été marquée par deux moments forts.

D’abord la messe solennelle présidée par le vicaire Général du diocèse de Montpellier : le Père Gérard Blagnac. Bien que pleine, on pouvait remarquer facilement les résidents, les pères de la diaspora, les amis de la maison et quelques membres du personnel. Dans son homélie, en partant des personnages de l’évangile du jour (Luc 2,22-40), le père Gérard a rendu hommage aux missionnaires pour le travail accompli dans le monde en général et en particulier en Afrique. Enfin, il a souligné les fruits de ses aventures, rendu possible par la grâce à Dieu.

Ensuite, c’est le repas partagé en grande famille. En effet, nous nous sommes retrouvés tous pour l’apéritif et le repas. Plusieurs personnes étaient présentes à ce rendez-vous annuel. Le vicaire général qui représentait le diocèse et à ses côtés le curé de la paroisse de Montferrier.

montferrier2Étaient également présents les membres du conseil d’administration de l’association des Chênes Verts, monsieur le Maire de Montferrier et sa femme ; et un représentant du Conseil du département. Il y a aussi les responsables de quatre autres maisons de retraite de la région, qui ont honoré de leur présence ce grand évènement. Bien sûr les résidents de la maison et le personnel qui ont une fois de plus démontré leur professionnalisme.

montferrier3Au cours du repas, le vice provincial a pris la parole pour remercier tout le monde. Après lui, le supérieur de la maison, le père André Moriceau a exprimé d’une manière spéciale sa reconnaissance aux quatre responsables des maisons de retraite voisines et, à surtout salué leur soutien et leur solidarité lors de l’agression dans la maison. Ils ont, en effet, envoyé une partie de leur personnel pour rendre divers services dans l’établissement. Comme on le dit, « c’est dans les moments difficiles qu’on reconnaît les vrais amis. »

Et c’est avec la joie et des chants de l’assemblée que nous nous sommes séparés en attendant les prochaines fêtes.

Laurent Oré