Home / Décès du Père François Margerit -1928-2019

Décès du Père François Margerit -1928-2019





Né le 16 juillet 1928 au Pertuis (Haute-Loire), diocèse du Puy-en-Velay – Membre de la SMA le 24/07/1948 – Ordonné prêtre le 11/02/1953 – Décédé à Montferrier le 5 février 2019 à l’âge de 90 ans.

Hommage au Père François Margerit

« Si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ; si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Dans notre vie comme dans notre mort, nous appartenons au Seigneur. Car, si le Christ a connu la mort, puis la vie, c’est pour devenir le Seigneur et des morts et des vivants. »

Tels sont les mots de l’apôtre Paul qui me viennent à l’esprit après avoir reçu l’annonce du départ vers le Père du père François Margerit, l’apôtre du peuple attié.

Le Père François Margerit avec ses deux frères prêtres en 1971.

Oh Père François Margerit, tu es enfin rentré dans la félicité du Seigneur après une vie missionnaire faite de beaux témoignages ! Après mon expérience de prêtre missionnaire, je comprends que tu as été pour nous un grand missionnaire. A ton arrivée sur la Paroisse Saint Michel de Boudépé en 1987, tu as donné une nouvelle orientation à la pastorale. Tu visitais régulièrement les 14 communautés qui constituaient la paroisse.

Comme enfants de chœur qui t’accompagnaient dans les villages pour le messes, mes amis et moi étions en grande admiration te voyant déguster la nourriture que l’on t’offrait. On ne comprenait pas comment un blanc pouvait aimer la nourriture africaine. Tu étais sans complexe. Tu étais présent aux réunions des CEB, cela te permettait de connaître les familles. Je comprends maintenant que tu te faisais tout à tous : c’est là un grand principe missionnaire.

Tu comprenais bien la langue attié, mais calme, peut-être un peu timide et réservé, tu ne parlais pas beaucoup et tu donnais l’impression que tu ne connaissais pas la langue. Mais tu n’hésitais pas à donner une réponse à nos vieux parents qui s’exprimaient en langue. Ils repartaient satisfaits disant souvent : « le père blanc là, il comprend attié donc faut pas le critiquer ooo. » tu chantais certaines parties de la messe en attié et cela nous fascinait beaucoup.

Nous avons découvert ta grande humilité quand, de curé que tu étais, tu es devenu vicaire du Père Michel Girard ! Quelle Kénose !

Ton engagement pastoral était la preuve vivante d’un missionnaire disponible. Et cette disponibilité a semé dans le cœur de plusieurs de mes amis d’enfance le désir du sacerdoce. Il faut noter qu’a Boudépé, parmi nous qui avons servi le P. Margerit comme enfants de chœur, nous sommes 3 prêtres, sans compter ceux des autres villages faisant partie de la paroisse.

Je me rappelle bien ce que tu m’as dit lorsque je t’ai dit que je voulais aller au séminaire, tu m’as dit d’être engagé dans l’église et de me méfier des jeunes filles car le sacerdoce exige le célibat.

La dernière fois que je t’ai vu, c’est quand, en 2010, je suis venu vous saluer Michel Girard et toi à Montferrier. Je n’oublie pas la visite sur la montagne pour découvrir les fleurs ; nous étions conduits par le P Régis Peillon. Je pensais revenir cette année après l’assemblée Générale et je demandais le Seigneur de me faire la grâce de te voir une fois encore. Mais il en a décidé autrement.

Cher Père Margerit, je peux confesser ouvertement aujourd’hui que dans ton ministère à Boudépé et après à l’Institut Raoul Follereau, tu as vécu un témoignage d’amour. L’amour, c’est la vie de Dieu. Celui qui a vécu pour ses frères ne mourra pas pour toujours, car il a déjà commencé ici-bas sa vie éternelle.

Yako à sa famille biologique et à tous les confrères de Lyon !

Mon père kokoè, la gbé o. « Adieu mon Père ! »

 

Père SEKA Ogou Narcisse, sma
Fils spirituel du Père Margerit
Et Supérieur Régional SMA en Côte d’Ivoire

 


Homélie

Dans cette célébration, il nous faut tout d’abord remercier le Seigneur pour la vie de notre frère François, mais pas seulement le Seigneur ; sa famille a aussi le droit à un grand merci et surtout ses parents. Peut-être le plus juste serait de remercier le Seigneur qui a travaillé à travers cette famille. Quand on regarde d’où vient François, on retrouve ce terreau fertile des chrétiens fervents du diocèse du Puy. On peut imaginer le sacrifice qu’a pu être pour les parents de François, agriculteurs de l’entre-deux guerres, la volonté de faire faire des études à leurs enfants et ensuite de laisser les 3 garçons s’orienter vers la prêtrise, et pour deux d’entre eux vers un service plutôt missionnaire, en France et pour François en Afrique…

Quand nous partons en Afrique, nous changeons d’univers et notre vie se remplit de vie, de joie, de relations. Pour nos parents, c’est un vide, une blessure que seul Dieu peut combler. François était un homme de relations profondes, et tout d’abord, avec sa famille. Quand son père est tombé malade, il a demandé à revenir en France pour l’accompagner… Sûrement qu’il sentait ce déchirement de la séparation et essayait de le combler du mieux qu’il pouvait. En même temps, mais discrètement, il était fier de sa famille chrétienne et de ses origines.

C’est aussi de sa famille qu’il a reçu cet amour et cette attention pour les pauvres et les malades. Ses années à la léproserie d’Adzopé ont été de très belles années pour lui. La solidarité et la fraternité de son enfance devaient se vivre partout où il allait… Il avait ce regard bon et plein de tendresse sur ceux avec qui il vivait. Quand il a dû rentrer en France pour un service, il a harcelé le Conseil provincial pour que la SMA ne laisse pas son confrère (le P. Marty) tout seul en Mission.

Qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? nous dit la première lecture : Pour nous, missionnaires, l’amour du Christ, nous l’avons senti au cours de notre vie au travers de ce que nous avons fait et réalisé : pour François c’est sûrement à Akoupé ou Boudepé qu’il a le plus fait et créé, mais pas lui tout seul ! Le Seigneur l’a accompagné de sa présence, lui a donné force et persévérance et l’a guidé invisiblement pour que son travail soit celui du Règne de Dieu.

Au soir de notre vie, ce qui compte, plus que ce que nous avons fait c’est de l’avoir fait avec le Christ, c’est cette expérience de complicité, de porter le joug ensemble, de regarder ensemble le Royaume qui grandit. Notre capital, notre avoir devant Dieu, c’est ce travail partagé avec le Christ. Nous y avons mis l’amour, et lui en a fait autant et même plus. Pour François la manière de faire était sûrement plus importante que ce qu’il a fait : il était présence affectueuse, proche, simple et discrète. Il n’a jamais cherché la première place, mais s’est offert pour être toujours avec un autre confrère et lui apporter ce soutien fort et plein de sollicitude.

La souffrance et la maladie, c’est un autre aspect de la vie du Père Margerit, surtout ses dernières années. Tout lui devenait difficile, marcher, dormir ou manger. Après avoir été proche du Seigneur dans l’annonce de l’Evangile, il l’a été dans la passion.

Dans l’Evangile, Jésus prie son Père et lui confie ses disciples, « ceux qui ont reconnu son Nom ». Il veut que l’amour qui lie le Père et le Fils soit en eux pour les rapprocher de Dieu et leur permettre de créer une vraie fraternité sur terre en attendant d’être rassemblés au ciel. C’est sûrement cet amour de Dieu que le P. Margerit a transmis aux gens qui l’entouraient ; c’est aussi cet amour de la création, des plantes des fleurs (on raconte qu’il avait trouvé une fleur inconnue « l’aristoloche ») et des insectes qui l’a fait vivre et le passionnait ; il a été écologiste et soucieux des équilibres de la nature avant l’heure.

Dans l’Evangile de Jean que nous avons lu, Jésus demande aussi à son Père que ceux qui lui sont fidèles soient avec Lui. Ne doutons pas que le Christ a accueilli son serviteur et son ami et l’a présenté au Père. Si nous avons été l’ami du Christ ici-bas, un de ses proches, il va nous aider à faire le passage en douceur.

Je suis sûr que c’est ce qui s’est passé pour notre frère François. Dieu l’a accueilli, peut-être avec une salutation en attié et lui a dit : « Viens te reposer, tu as bien souffert ces dernières années… Viens que je te présente au Père ». François doit être content de voir le visage de Dieu, lui qui avait noué une relation sincère et vraie avec Lui ; il doit être heureux de retrouver ses parents, ses frères et ses sœurs déjà partis, ainsi que bien des confrères et des gens qu’il a aimés et appréciés.  Réjouissons-nous avec lui. Le Seigneur l’a « rappelé » et nous disons à Dieu, nous, ses deux familles : « Seigneur, aide-nous à continuer à créer une fraternité dont le ciment sera ton amour ; que nous aussi nous regardions ceux qui nous entourent avec bonté et tendresse ».